L'Unis et la FNAIM, éclaireurs de la profession


Date de parution : 11/05/2020
Retrouvez tous les conseils du spécialiste en règlement de copropriété, Nomade process
ConfinementFNAIMUNIS

La crise du coronavirus affecte l’ensemble de l’économie et notamment le secteur de l’immobilier. Les syndicats ont endossé leur rôle d’éclaireurs pour subvenir aux besoins de leurs adhérents et des professionnels du métier. 

Quel soutien apporté à la profession et aux adhérents pendant la crise ?

La crise du COVID-19 a sérieusement impacté le monde de l’immobilier. Les syndicats comme la FNAIM et l’Unis se sont mobilisés pour soutenir leurs adhérents ainsi que tous les professionnels du métier. Nous avons eu le plaisir de nous entretenir avec Danielle DUBRAC, secrétaire générale de L’Unis, qui nous a éclairé sur les nombreuses mesures qui ont été prises durant cette période délicate. 

Sensibilisation et information pour les professionnels de l’immobilier

En temps de crise, une bonne diffusion et une bonne compréhension des informations sont primordiales. Les syndicats ont analysé les informations relevant de cette crise sanitaire et du confinement pour les simplifier et les transmettre à tous les professionnels. L’Unis a par exemple mis à disposition sur son site internet une foire aux questions, avec les questions types à destination des chefs d’entreprise. Toutes les mesures de soutien annoncées par le Gouvernement ont également été relayées (activité partielle, fond de solidarité, prêts garantis par l’état…).

Intervention auprès des pouvoirs publics

Force est de constater que la crise a renforcé le rôle d’intermédiaire des syndicats entre les pouvoirs publics et les professionnels. D’un côté, ils font passer les messages du gouvernement aux professionnels du métier et les accompagnent. De l’autre, ils font remonter les expériences terrain aux pouvoirs publics. 

Grâce à la mobilisation des syndicats, les pouvoirs publics ont fait évoluer certains textes de lois en fonction de la situation et des difficultés rencontrées par les professionnels. 

Aide à la reprise d’activité

Si les syndicats se sont mobilisés pour faire valoir les droits des professionnels durant la crise, ils ont également grandement soutenu leurs adhérents dans la reprise d’activité. 

De nombreux outils ont été mis à disposition pour leur permettre de faire face à la crise et d’appréhender au mieux les mois à venir.

La FNAIM et L’Unis ont réalisé par exemple un guide de préconisations de sécurité sanitaire pour la reprise des activités des métiers de l’immobilier. De plus, des webinars ont été organisés et des formations en e-learning seront proposées. 

Afin d’accompagner leurs adhérents sur des enjeux sanitaires et de protection, l’Unis a également constitué une liste de professionnels compétents par région. “Nous avons listé les entreprises qui sont en mesure de proposer des masques, des gels, des désinfections à moindre coût, dans le but de répondre aux besoins de nos adhérents.” explique Danielle DUBRAC.  

 

Rejoindre un syndicat, quels intérêts pour les professionnels de l’immobilier ?

Un syndicat accompagne et conseille les professionnels sur leurs problématiques quotidiennes.

Il défend l’intérêt général de la profession et des individus. Il soutient ses adhérents en leur fournissant des ressources utiles pour leur activité : informations techniques, appuis réglementaires, outils d’aide à la prise de décision, formations…

Au sein d’un syndicat, les professionnels peuvent partager leurs difficultés et leurs expériences, ce qui leur permet, en plus de la formation, de monter en compétences. 

Le syndicat peut également appuyer un certain nombre de demandes auprès des pouvoirs publics. Il est porte-parole de ses adhérents et des professionnels du métier en général.
 

Ces dernier mois, les pouvoirs publics ont été réactifs et attentifs aux besoins des professionnels et aux actions menées par les syndicats. Cette crise a mis en lumière les actions des syndicats et la plus-value qu’ils ont apportée dans ce contexte : information, sensibilisation, précisions, rectification de textes…. Ils mènent un combat quotidien pour faire valoir le droit des professionnels et des entreprises en général. Un combat d’autant plus visible en période de crise.